Choisir un démaquillant adapté à son type de peau peut devenir un parcours du combattant quand on ne s’y connaît pas trop. Lucie te donne tous les conseils dont tu as besoin !

Trouver un démaquillant adapté à sa peau, ça peut être un peu complexe, surtout quand on n’a pas trop l’habitude de faire attention à ça. Si tu ne connais pas encore ton type de peau, tu peux aller voir l’article que Manu a écrit à ce sujet.

Prépare-toi, voici comment tu vas réussir à trouver ton démaquillant idéal !

Choisir un démaquillant pour peau sèche

Ce dont une peau sèche a besoin par-dessus tout, c’est d’être nourrie. Du coup, pour la démaquiller, il vaut mieux se tourner vers des textures riches que vers une eau micellaire par exemple.

L’idéal, ce sont les huiles et les beurres démaquillants. Une huile de coco fait très bien l’affaire, mais les huiles faites spécialement pour le démaquillage se transforment en lait au contact de l’eau ce qui facilite le rinçage.

L’avantage avec ce type de démaquillant, c’est qu’il laissera ta peau douce en conservant une fine couche protectrice à sa surface.

Choisir un démaquillant pour peau grasse

Quand on a la peau grasse, il faut aussi faire attention à son démaquillant ! Un maquillage mal nettoyé peut obstruer les pores de la peau et favoriser l’acné.

Privilégie donc les eaux micellaires qui fonctionnent un peu comme du savon tout en apportant de la fraîcheur, et limiteront ton excès de sébum sans agresser ta peau. N’oublie pas de rincer ton visage après.

Choisir son démaquillant quand on a la peau mixte

Ça peut être un peu casse-gueule de choisir son démaquillant quand on a la peau mixte.

Pour rappel, la peau mixte est caractérisée par un excès de sébum sur certaines zones du visage (souvent la zone T : menton, nez, front), en même temps que des zones plus sèches ailleurs.

L’idée, donc, c’est de trouver un démaquillant qui élimine l’excès de sébum tout en gardant de l’hydratation.

Pour ça, je te suggère soit de partir sur un gel démaquillant à base d’aloe vera, qui reste doux tout en apportant de l’hydratation à ton visage, soit sur un lait démaquillant non-gras.

Si tu n’es pas sûre que ton lait démaquillant est adapté aux peaux mixtes, regarde dans les ingrédients si tu y trouves des huiles, et vérifie qu’il est bien non-comédogène (ça veut dire qu’il n’obstrue pas les pores).

Choisir un démaquillant pour peau sensible

Si tu as la peau sensible, je te conseille de te tourner vers un produit sans rinçage. En effet, le calcaire qui se trouve dans l’eau du robinet pourrait agresser ta peau et provoquer des rougeurs.

Si les huiles démaquillantes pourraient apporter la nutrition nécessaire à ta peau, elles sont donc à éviter puisqu’elles doivent être rincées.

Tourne-toi plutôt vers des laits démaquillants qui enlèveront ton makeup tout en douceur et qui nourriront ta peau par la même occasion.

Et voilà ! Tu devrais être armée pour aller choisir ton démaquillant idéal pour ta peau.

Dans tous les cas, n’oublie pas qu’il vaut mieux nettoyer son visage avec un produit distinct après l’avoir démaquillé pour bien enlever tous les résidus qui pourraient y rester.

Si tu as d’autres questions sur comment adapter ta routine de soins à ta peau, n’hésite pas à me les poser en commentaires.

Le retour des beaux jours te donne envie de remettre des couleurs dans ta vie ? Voici comment réaliser un maquillage de printemps coloré.

J’aime pas l’hiver, mais alors pas du tout parce que tout devient gris, les gens portent des couleurs plus sombres et font la gueule.

Je comprends bien que Demeter soit triste de ne pas voir sa fille, Perséphone, pendant la moitié de l’année mais madame vous êtes déesse de l’agriculture et des moissons, vous avez un taf à faire !

Maintenant que c’est fini,  je vais faire péter de la couleur comme si je devais mourir demain frère. Et par la même occasion t’expliquer comment te réapproprier les couleurs calmement.

Première astuce du maquillage de printemps : trouver ce qui te plaît

Pas besoin de posséder 44 palettes, ni de te ruiner en blush super coûteux qui ne te serviront pas au final. Tu peux trouver de bonnes ombres à paupières pigmentées dans des marques moins prestigieuses mais de très bonne qualité.

Par exemple en cherchant des dupes. Les produits de chez NYX Professional Makeup, Sephora Collection ou Makeup Revolution sont une bonne base.

Tu peux également regarder sur le site de la marque américaine Colourpop, une excellente marque dont je parle tout le temps car elle est cruelty free, majoritairement vegan et inclusive.

Tu peux également guetter le site venteprivée.com où tu trouveras périodiquement des ventes de produits Makeup Forever ou M.A.C pour ne citer que celles-ci.

Deuxième astuce du maquillage de printemps : adopter les couleurs

Dépasser les idées reçues sur le maquillage

« Je suis trop pâle pour porter cette couleur », « on m’a dit que le rouge ça faisait vulgaire », « le jaune ça attire les mouches », « je vais ressembler à un clown », « pas de rose parce que je suis blonde, ça fait Barbie »…FUCK THAT.

La seule raison pour laquelle tu ne devrais pas porter de couleurs est… Parce que tu n’aimes pas ça !

C’est totalement valide comme raison et tu n’as pas à te justifier.

Ma meilleure amie n’aime pas les couleurs, elle préfère le noir, les gris, le taupe (les jours de fêtes), même en été plutôt que de se sentir déguisée dans une tenue colorée.

Porter les couleurs qui te plaisent

Si tu aimes les couleurs, n’hésite plus à mettre ce rouge à lèvres très rose qui t’ira certainement très bien. Et la satisfaction que tu en retireras sera bien supérieure à toutes les remarques de rageux.

Dépasse les remarques que les gens te font et des idées débiles ancrées dans l’inconscient collectif comme les a priori sur le rouge car au final ce n’est qu’une couleur.

Profite de l’hiver pour faire ce travail sur toi-même et potentiellement du début du printemps s’il fait sa star et tarde à se pointer.

La couleur est pour moi un symbole de joie et puis ça donne du peps (personne n’a utilisé ce mot depuis 2002), ça boost l’humeur et l’énergie.

Deuxième astuce du maquillage de printemps : y aller progressivement

Commencer avec des couleurs classiques

Tu n’es pas obligé·e d’utiliser toutes les couleurs en même temps, d’un coup ! Comme tout processus, ça vaut le coup d’y aller progressivement pour ne pas subir un choc visuel.

Tu peux commencer avec un vernis. Le vernis rouge c’est classique, ça passe dans la vie de tous les jours comme à ton stage et ça se trouve partout. Même son de cloche pour les vernis pastels.

Le pastel permet de porter des couleurs somme toute osées mais sans le choc visuel.

Si tu veux aller un peu plus loin, tu peux assortir ton vernis à un rouge à lèvres.

Avec un rouge à lèvres dans les tons rouges ou roses, ça marche très bien. Ça peut être casse-gueule avec un rouge à lèvres bleu, surtout si ce n’est pas une couleur habituelle pour toi.

Pareil si tu travailles ou étudies dans un environnement classique ou strict. Au contraire dans certains milieux libéraux et artistiques, tu pourras sortir allègrement avec un rouge à lèvre vert.

Décliner la même couleur

Au tout début, si tu n’est pas certaine de la correspondance des couleurs ou que tu ne veux pas ressembler au clown de Ça, essaie de décliner la même couleur.

À mes débuts je faisais par exemple un total look rose mais pas avec un seul type de rose pour ne pas faire clown ton-sur-ton.

Tu peux utiliser du rose gold, du rose pâle, du rose fuchsia, du rose pêche, du rose un peu lilas, du rose framboise… Pour une même couleur, le choix de nuances est très grand et tu peux en utiliser plusieurs.

Pas 18 mais 2 ou 3 c’est pas mal.

Quatrième astuce du maquillage de printemps : essayer les mélanges

En maquillage comme dans (presque) tous les domaines, le meilleur moyen de savoir si un truc te va, c’est d’essayer.

Pas pour un entretien ou pour un oral parce que si ça ne te plaît pas, tu vas te sentir mal à l’aise et stresser.

Au début il y a l’appréhension de ne pas savoir assortir les couleurs mais lorsque tu gagnes en confiance et que les résultats sont jolis, c’est très agréable. Si tu as besoin de consignes tu peux toujours suivre les conseils selon les sous-tons de la peau ou la couleur de tes yeux.

Cependant ce sont juste des indications et tu ne te trompes pas si tu ne les suis pas. Trouve ce qui te plaît.

Astuce subsidiaire du maquillage de printemps : ne pas se forcer

Si tu as essayé toutes les étapes précédentes et que le résultat ne te plaît pas, ne te force pas. Porter des couleurs et se maquiller ne doit jamais être une obligation et doit rester LUDIQUE.

Et même si dans certains métiers le maquillage est encore obligatoire (ouais…), tu peux t’en sortir avec le service minimum, pas besoin de te lancer dans des trucs extravagants.

Les hôtesses d’accueil sont par exemple soumises à ce type d’obligations et je sais à quel point c’est fatiguant et parfois aliénant. Utiliser des couleurs peut être un acte de désobéissance active face aux règlement qui préconise le maquillage discret, pas trop voyant.

Rebelle, va !

Ces conseils te permettront, je l’espère, telle Pocahontas de peindre en mille couleurs, l’air du vent.

L’après-shampoing est un produit qui fait partie de la routine de soin des cheveux… mais est-ce qu’il ne vaudrait pas mieux faire un masque ?

À chaque shampoing se pose la question qui entraîne un dilemme intense dans mon esprit : je fais un masque ou j’utilise de l’après-shampoing ?

C’est la question que beaucoup de personnes aux cheveux normaux à secs se posent. Après plus de 20 ans de recherches, j’ai une réponse.

Quand utiliser un masque pour les cheveux ?

Si tu fais fréquemment des couleurs, que tu utilises des appareils chauffants(sèche-cheveux, lisseur…) ou que tes cheveux sont naturellement secs, il arrive un moment où tu dois sortir le grand jeu.

Surtout en hiver ou en été, saisons pendant lesquelles ils ont besoin d’un peu d’aide pour survivre aux éléments déchaînés.

C’est là que l’utilisation d’un masque pour les cheveux devient assez cruciale !

Les masques faits maison ne coûtent pas grand chose et sont simples à réalisermais si tu décides de manger la dernière banane au lieu de la mettre dans tes cheveux, personne ne t’en voudra.

Pourquoi utiliser un masque plutôt qu’un après-shampoing ?

Selon la coiffeuse Sophia Hilton interrogée par Refinery 29, les après-shampoings ne sont pas assez efficaces et il faudrait leur préférer les masques.

Son argument est que les molécules plus petites des masques sont mieux absorbés par les cheveux, surtout lorsqu’ils sont poreux.

Earl Simms, coiffeur de stars (le luxe quoi), partage cet avis et encourage les personnes dont les cheveux sont abîmés par les décolorations, le chlore ou la chaleur de se tourner vers les masques pour une réparation en profondeur.

Cependant il faut bien garder à l’esprit que ce conseil s’applique surtout aux cheveux secs normaux à épais car l’utilisation régulière d’un masque risque d’alourdir les cheveux fins.

Si c’est ton type de cheveux et que tu tiens quand même à faire un masque de temps en temps, choisis un masque fait spécifiquement pour ta nature de cheveux.

La prochaine fois que tu hésiteras entre mettre un après-shampoing dans ton Caddie ou un masque, tu sauras quoi faire !